Comment fonctionne un Switch?

Comment ça marche? (un Switch)

 

Le Switch établit et met à jour une table d'adresses MAC, lui indiquant sur quels ports diriger les trames destinées à une adresse MAC donnée.

Le Switch va ensuite choisir en fonction des adresses MAC les sources des trames reçues sur chaque port.

Le Switch va donc construire rapidement et dynamiquement une table qui associe des adresses MAC avec les ports correspondants.

Lorsqu'il reçoit une trame destinée à une adresse présente dans cette table, le commutateur renvoie la trame sur le port correspondant.

Dans la cas où port de destination est le même que celui de l'émetteur, la trame n'est pas transmise.

Dans la cas où le destinataire est inconnue dans la table,dans ce cas là  la trame est traitée comme un broadcast, c'est-à-dire qu'elle est transmise à tous les ports du commutateur à l'exception du port de réception.

 Schéma fonctionement d'un switch 

Le Switch analyse les trames arrivant sur ses ports d'entrée et filtre les données afin de les aiguiller uniquement sur les ports adéquats (on parle de commutation ou de réseaux commutés).

De tel manière que le Switch permet d'allier les propriétés du pont en matière de filtrage et du concentrateur en matière de connectivité.

Vous pouvez voir ci dessous, la représentation d'un switch dans un schéma de principe : 

 

Commutateur - switch

Voici des liens de produits avec des decriptions techniques pouvant éclairer les plus connaisseurs:

 

- NETIS ST3105S

NETIS ST3105G

- NETIS PE6108

 

Différentes méthodes de transmission:

 

Nous savons qu'il existe différentes méthodes de transmission des données pouvant s'opérer selon quatre méthodes :

  • Le premier est le mode direct (en anglais: cut through) : le commutateur lit juste l'adresse du matériel et la transmet telle quelle. Aucune détection d'erreur n'est réalisée avec cette méthode.

  • Le second est le mode différé (en anglais: store and forward) : le commutateur met en tampon, et le plus souvent, réalise une opération en somme de contrôle sur chaque trame avant de l'envoyer.

  • Le troisième est le fragment free : les paquets sont passés à un débit fixé, permettant de réaliser une détection d'erreur simplifiée. C'est un compromis entre les précédentes méthodes.

  • Le quatrième est l'adaptive switching : est un mode automatique. En fonction des erreurs constatées, le commutateur utilise un des trois modes précédents.

Nous savons que ces quatre méthodes de transmission sont utilisées selon des critères précis.